Point d’information sur l’avancée des réflexions citoyennes !

Posté par le 1 mai 2013 dans Quel devenir pour le stade? | Pas de commentaires
Point d’information sur l’avancée des réflexions citoyennes !

Le 29 avril dernier, le Conseil municipal de la Ville de Bordeaux a voté le principe d’un concours d’architecture sur la reconversion du stade Chaban-Delmas. Interventions d’Alain Juppé (Sud-ouest, 30/04/2013, Rugby au Stade Chaban-Delmas : Alain Juppé n’en veut pas)  :

  • « L’idée, c’est de conserver les équipements sportifs utilisés par le quartier, de garder la pelouse et de mettre du logement ou des bureaux dans les tribunes »
  • « La Ville n’a pas les moyens d’entretenir deux stades, Chaban-Delmas et le nouveau stade du Lac. Si, par miracle, le maire de Bègles ou la CUB veulent s’installer à Chaban, on peut en discuter. C’est une plaisanterie bien sûr. En 2016, l’UBB n’ira plus à Chaban, le rugby sera le bienvenu dans le nouveau stade, c’est prévu. Je ne suis pas certain qu’une agglomération comme la nôtre puisse avoir un grand stade multisports et un grand stade de rugby ».

Pas de rugby et d’UBB à Chaban après 2016 ?

Une tendance semble se dessiner chez les citoyen(ne)s, à savoir conserver la vocation sportive du site. En effet, une majorité des commentaires et échanges partagés sur le blog latribunedelescure.fr, à la suite des articles journalistiques en version internet, ainsi que l’avis des acteurs principaux dans les articles du journal Sud-Ouest (Cf. REVUE DE PRESSE) donnent une certaine résonance à cette vision.

L’hypothèse rugby, déclinée en deux points, est clairement identifiée :

  • Conservation du stade Chaban-Delmas réduit à 15 000 ou 20 000 places, accueil des matchs de l’UBB, des compétitions universitaires, des rencontres internationales de rugby féminin / rugby à 7 / équipes jeunes, etc.
  • Réhabilitation du Stade André Moga et ses équipements annexes en Centre de Formation et d’entrainement de l’UBB.

Cependant cette piste Rugby et UBB semble figée, du fait notamment du « bras de fer politique » et de la « guerre des clochers » compromettant l’avancée réelle et la concrétisation des débats entre les Villes de Bordeaux, Bègles, la CUB et l’ensemble de leurs concitoyens, dont les avis sont parfois oubliés.

Densification de la Plaine des Sports municipale ?

La vocation sportive de proximité et de loisir, vecteur de dynamisme local, en particuliers soirs et weekends,  n’est pas vouée à disparaitre. Si la nécessité pour les habitants, clubs, scolaires et universitaires de tels équipements paraît affirmée, l’opportunité peut être belle de susciter la modernisation de la plaine des sports municipale, en tenant compte de l’évolution relativement récente de la demande et des modalités de pratique. Conservation de certains équipements, suppression ou redéploiement sur site d’autres.

A noter, l’inadéquation actuelle des infrastructures sportives de l’agglomération nécessaires au développement et à la pérennisation du sport de haut-niveau, relayé par l’article Sud-Ouest du 30/04/2013 « Les galères du sport pro à Bordeaux ».

La conservation du stade et de sa pelouse ?

La possibilité de construire dans les tribunes parait de plus en plus réalisable. Cependant le site est-il voué à accueillir n’importe quel type de fonction ?  Logements, bureaux, autres activités ? Dans une certaine logique, les appartements / studios pourraient être destinés à accueillir en priorité des sportifs de haut-niveau amateurs ou professionnels, momentanément présents dans l’agglomération (séjour, stage, compétition, etc.)…? La mise à disposition de bureaux pourrait être réservée aux clubs, associations ou institutions sportives fédérales et universitaires…autant de pistes de réflexion à creuser, valider ou écarter.

Enfin la pelouse du stade d’honneur devrait elle aussi être conservée. Mais entre espace sportif ou lieu de promenade et de convivialité, pour les locataires ou ouvert au quartier, des choix restent à faire. Il y a là un espace spontané d’échange, de partage et d’expression à recréer.

Pour conclure,  une question centrale se pose : quelle logique d’ensemble donne-t-on à cette reconversion ? Juxtapose-t-on différents intérêts particuliers ou allons-nous essayer, dans une perspective d’intérêt général, de répondre aux différents enjeux et problématiques qui se posent aujourd’hui et se poseront demain à cet espace ?

L’équipe latribunedelescure.fr

  • Sans titre

Laisser un commentaire